1921 - 2021

Nouvelle raison sociale

Au printemps 1977, la proposition de modifier la raison sociale et de remplacer les termes « TSM Société mutuelle d’Assurances Transports » par « TSM Compagnie d’Assurances Transports » est introduite.

La raison sociale actuelle est lourde, peu claire et il était devenu impossible de traduire la notion de société mutuelle d’assurances transports...

Il ne s’agit en aucun cas d’une modification du statut de la société, elle reste toujours une société mutuelle, mais tout simplement une modification formelle !

La dernière, enfin presque !

Le visage de la maturité

A l’heure de fêter son cinquantième anniversaire, le 10 juin 1971, TSM « Société mutuelle d’assurances transports » rayonne : elle couvre les deux-tiers des exportations horlogères suisses, compte plus de 800 clients réguliers sur l’ensemble de la Suisse…
Pourtant, elle diversifie ses activités avec l’assurance transports de marchandises.

TSM a bien sûr bénéficié d’un quart de siècle à l’économie flamboyante mais ce n’est pas une raison pour se reposer sur ses lauriers… La preuve d’une certaine maturité !

Maudites caisses en bois !

TSM accepte « de bon cœur » les catastrophes, les sinistres qui surviennent… Toutefois, elle lutte contre les vols intervenant sur des caisses en bois !

En 1955, une augmentation des sinistres permet de constater, qu’à 3 exceptions près, ce sont toujours ces fameuses caisses en bois qui sont spoliées !

Rares sont les traces apparentes d’effraction, les voleurs font simplement glisser la planchette latérale sans toucher aux cercles ou ficelles posées…

Anecdotiques cas de sinistres et bien d’autres vont suivre.
TSM n’est pas au bout de ses surprises !

TSM sort du canton…

1950, Transports Société d’assurances mutuelles vient de franchir une étape déterminante. « Nous avons lutté pour faire notre place au soleil dans le canton de Neuchâtel, nous lutterons encore pour trouver notre place dans les autres cantons » : tel est l’état d’esprit…

Les événements se succèdent : concession fédérale d’assurance obtenue par le Bureau fédéral des assurances le 27 avril 1950, ouverture au mois de septembre d’une agence à Bâle pour prospecter toute la Suisse alémanique, d’une agence à Genève, d’une succursale à Zurich et l’année suivante d’une agence à Bienne…

Il n’était pas interdit de le penser, même si, dans la réalité, « Transports » n’a accueilli, les premières années, que des entreprises chaux-de-fonnières !

La société mutuelle – qui affiche son tout premier logo « TSM » dans son en-tête de lettre – marche au pas de charge.

Une subtile différence…

Selon les statuts de 1921, ne pouvaient être sociétaires que les Maisons membres du Syndicat Patronal des Producteurs de la montre à La Chaux-de-Fonds.

Mais… les statuts de « Transports » ajoutent que les entreprises doivent être « domiciliées dans le Canton de Neuchâtel ». Ces quelques mots laissent-ils une porte entrouverte aux sociétés qui ne sont pas domiciliées dans la Métropole horlogère ? Il n’était pas interdit de le penser, même si, dans la réalité, « Transports » n’a accueilli, les premières années, que des entreprises chaux-de-fonnières !

En 1934, les statuts sont révisés et effacent cette ambiguïté donnant champ libre à « Transports » de rechercher des clients sur l’ensemble du territoire cantonal neuchâtelois.

Saviez-vous que… "Jaquet-Droz 43 et 43b"…

Construite en 1893 pour Fritz Petitpierre, fabricant d’horlogerie, cette maison bourgeoise à l’allure d’hôtel particulier « à la française » abrite aujourd’hui, les bureaux de notre compagnie.

Les grandes vitrines du rez-de-chaussée qui, jadis, baignaient de lumière les ateliers horlogers gardent en mémoire nos racines pour cette même branche.

Mais pas uniquement car Fritz Petitpierre est toujours bien présent dans ce bâtiment. Son monogramme se trouve encore à plusieurs endroits comme sur la grille d’une des portes menant à nos bureaux.

Toujours fidèle à cette belle métropole…

La Chaux-de-Fonds, une métropole de l’industrie horlogère qui a vu naître «Transports»

….Et s’il arrive un problème à nos biens durant le transport…et jusqu’à destination…
Rigoureuse fidélité à sa ville, TSM n’a jamais été prise en défaut de désamour envers la métropole horlogère.
Témoignage de son attachement, de son constant engagement, elle prend ses quartiers dans de nouveaux bureaux à Jaquet-Droz 43b, dans les murs… de l’un de ses fondateurs, la fabrique Germinal.
Ironie bienveillante du sort qui marque le prolongement d’une histoire !!!

L’histoire d’un ancrage chaux-de-fonnier qui subsiste depuis bientôt plus de 100 ans !

Une histoire de logos

L’identité visuelle de « Transports » Société d’Assurances Mutuelles a évolué au fil de temps…

1931 – C’est la première fois que l’acronyme T.S.M. (Transports Société Mutuelle) va être utilisé. Et c’est en 1949 que la société affichera son tout premier logo « TSM » dans son en-tête de lettre !

Fidèle à son statut de mutuelle, la société exhibe son image dans plusieurs styles en suivant son évolution au fil du siècle.

Récapitulatif de ceux-ci en images.

Encore du changement pour 2021 ? Restez connectés pour le découvrir…

La mutuelle plébiscitée

Pas facile à l’époque… Sous pression des compagnies d’assurances concurrentes et du bureau fédéral des assurances, les patrons horlogers avaient envisagé de constituer une mutuelle ou une coopérative d’assurances…

Les dix-sept patrons horlogers analysent les avantages et les inconvénients… Le projet de mutuelle l’emporte !!! Le 29 juillet 1921, ils posent et acceptent les principes et les bases de la mutuelle d’assurance du Syndicat patronal des producteurs de la montre.
« Par la Mutuelle, on serait en meilleure posture, puisqu’en ce cas, au lieu de supporter seule ce risque, chaque fabrique peut compter sur la solidarité des membres du groupe » (Procès-verbal de l’assemblée du 19 juillet 1921)

Encore aujourd’hui, la petite « Transports » préserve toujours son indépendance… depuis 1921.

Un nouveau bureau au cœur de la métropole horlogère…

« Transport », nouvelle société mutuelle ouvre un bureau : son « bureau spécial » installé dans cet immeuble appelé « Minerva Palace », avenue Léopold-Robert 66… Le même que celui du Syndicat patronal des producteurs de la montre. Un immeuble « à l’américaine » conçu comme un centre d’affaires ou, en termes plus contemporains, un espace de coworking aujourd’hui…

Premières années d’existence de « Transports » : elle occupe, dès le mois de novembre 1925, ses nouveaux locaux au troisième étage avec le numéro de téléphone – 18.69 – qu’elle partage plaisamment avec le Syndicat !

Œuvrer pour ce nouveau service et peaufiner les « dispositions » pour son fonctionnement. Il n’y a plus de temps à perdre, au travail…

[Crédit photo : Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds]

Mais pourquoi avoir une assurance, une police…

En 1921, La Chaux-de-Fonds est le principal marché et un important centre de fabrication d’outils et fournitures d’horlogerie. La métropole tient une place notoire dans l’exportation horlogère suisse… Exportons nos précieuses marchandises !

….Et s’il arrive un problème à nos biens durant le transport…et jusqu’à destination…
La nouvelle société « Transports » et ses patrons horlogers se sont alors intrigués encore sur un point, l’assurance d’une garantie totale à ses clients ??!! Une police d’assurance avec la couverture de tous les risques du départ de leurs fabriques jusqu’à l’arrivée de leurs marchandises…

Voici la nouvelle et première police d’assurance de « Transports », sur-mesure et adaptée à ses clients et encore « à l’heure » d’aujourd’hui !

99 ans se sont écoulés…

21.09.2020

Une bataille acharnée à laquelle se sont livrés nos pères fondateurs, mais les élus de l’horlogerie y ont cru et en plein marasme économique, ils y sont arrivés... elle est née... la "petite" mutuelle d’assurance !

Il y a 99 ans, le Syndicat patronal des producteurs de la montre donne vie à une assurance transports, façonnée à sa mesure, à ses besoins. En date du 21 septembre 1921, 17 patrons horlogers de la région fondent « Transports » Société d’assurances mutuelles.

Ensemble et aujourd’hui, lançons le compte à rebours de nos 100 ans d’existence !